Le projet que nous vous proposons est construit par sept organisations de gauche, sociales, écologiques et bretonnes. Notre objectif est simple : bien-vivre en Côtes-d’Armor. Faire en sorte que grandir, vivre, travailler, apprendre, se cultiver et vieillir en Côtes-d’Armor soient de véritables chances pour chacune et chacun d’entre nous. Plus que jamais nous avons besoin d’emplois dans tous les secteurs économiques, de solidarité et d’espoir pour un futur fait, il est vrai d’incertitudes, mais surtout de perspectives communes.

Les chantiers sont multiples.
La pandémie que nous vivons depuis plus d’un an nous oblige à avoir de l’ambition pour les Côtes-d’Armor demain. Notre mandat sera guidé par deux valeurs : celle de la justice sociale et de la solidarité qui protège et celle de la transition écologique de nos modes de production et de consommation qui sécurise. Notre stratégie est simple : chacun de nos choix politiques répondra à ces impératifs, et chaque fois nous veillerons à prendre des décisions qui réduisent les inégalités sociales et suppriment les atteintes à l’environnement.

Nous construirons un département solidaire, où les fractures sociales, territoriales et générationnelles seront peu à peu réduites, un département qui prend soin de ses habitant.es à tous les âges de la vie. Un territoire en mouvement également, car nous devons accélérer les transitions écologiques, économiques et culturelles. Un territoire, enfin, qui séduit les Bretonnes, les Bretons, les Françaises et les Français grâce à sa qualité de vie, à son dynamisme et à ses richesses.consommation qui sécurise. Notre stratégie est simple : chacun de nos choix politiques répondra à ces impératifs, et chaque fois nous veillerons à prendre des décisions qui réduisent les inégalités sociales et suppriment les atteintes à l’environnement.

Les Côtes-d’Armor des Costarmoricain.es,
par les Costarmoricain.es,
pour les Costarmoricain.es, !

Être solidaires pour

TOUTES & TOUS 22 CÔTES D'ARMOR programme

La crise sanitaire que nous vivons ensemble a aggravé les inégalités à l’œuvre dans notre pays : inégalités sociales, territoriales, générationnelles. A tous les étages de notre société, c’est le lien social qui se délite. Nombre de nos concitoyen.nes ont vu leur pouvoir d’achat et leur pouvoir de vivre diminuer.
Les débats permanents sur la place des personnes âgées dans notre société ont souvent été violents pour nos aîné.es. Dans tous nos territoires, nous voulons que le Bien Vieillir soit une réalité. La politique libérale a tendance à considérer que dès que nous cessons de produire, nous devenons des charges pour notre société et non plus des moteurs. 

La majorité de gauche du Conseil départemental des Côtes-d’Armor repensera la politique dédiée au Bien Vieillir et au bien-être des retraités dans le département. Nos retraité.es ont un capital professionnel et humain qu’ils veulent transmettre à la jeunesse des Côtes-d’Armor. Ils et elles s’engagent avec enthousiasme dans la vie associative, c’est une grande richesse pour les Côtes-d’Armor. Notre département de gauche s’engage.

Notre majorité de gauche, sociale, écologique et bretonne analysera l’ensemble du système d’allocations de solidarités. La solidarité n’est pas une charge mais un investissement (humain et financier) de la société envers elle-même. Les services publics ne cessent de s’éloigner des bassins de vie, ainsi nous veillerons à leur présence partout sur le territoire des Côtes-d’Armor. Alors que la réforme de l’assurance-chômage va aggraver la situation des plus éloignés de l’emploi, le Conseil départemental renforcera ses politiques de solidarités.

Prendre soin de

TOUTES & TOUS 22 CÔTES D'ARMOR programme

Construire un nouveau contrat social c’est prendre en compte les inégalités.
La plus insupportable de toutes d’abord, l’inégalité d’accès à la santé.

Comment admettre qu’un ouvrier vive 8 ans de moins qu’un cadre ?

Comment ne pas s’indigner de voir que les 5% de Français les moins aisés vivent 13 ans de moins que les 5% les plus riches ?

Développer l’accès à la santé et aux soins pour toutes et tous, c’est notre priorité absolue, tout comme favoriser la prévention dès le plus jeune âge, notamment pour les métiers à risques et les maladies professionnelles ainsi qu’auprès des milieux défavorisés.

La santé doit s’envisager tout au long de la vie par une réflexion sur notre qualité de vie : bonne alimentation, éducation, soin de notre environnement, pratique d’une activité physique (marche, randonnée, sports-santé…).
Dès le plus jeune âge nous voulons éduquer à la bonne santé. Prendre soin de soi et des autres doit s’apprendre. En charge des collèges, le Conseil départemental dispose d’un levier essentiel pour l’éducation à la santé, au bien-être et au « bien manger ».

On le sait, les inégalités se reproduisent de génération en génération. Il faut en 2021 plus de 6 générations à une famille pour sortir de la pauvreté.

Des enfants dont les parents sont peu diplômés auront accès à l’enseignement supérieur.
Des enfants 17%
Pour les enfants de cadres.
Plus de 60%

Plus que toute autre catégorie de population, les personnes en situation de handicap ne sont pas reconnues à leur juste place de citoyen.nes au sein de notre société. Nous agirons en faveur d’une plus grande inclusion de tous nos concitoyen.nes visant à favoriser la mixité dans notre territoire.

L’égalité femme/homme et la lutte contre les discriminations (racisme, homophobie, transphobie, harcèlement scolaire) deviendront des critères transversaux de toutes les politiques publiques départementales. Dès la petite enfance et dans les collèges, dans les administrations bénéficiant du concours de la collectivité, nous voulons que notre département agisse pour une égalité réelle entre les hommes et les femmes en mobilisant les partenaires associatifs et les habitant.es.
Prendre soin des concitoyen.nes c’est également garantir leur sécurité au quotidien partout dans le territoire.

Un avenir pour

TOUTES & TOUS 22 CÔTES D'ARMOR programme

Le département des Côtes-d’Armor a une histoire particulière, marquée par sa capacité à créer et à innover. Aujourd’hui plus que jamais, réinventer un nouvel modèle de société, un nouveau modèle de production et de consommation est un impératif. L’agriculture et les industries agroalimentaires font partie intégrante de notre quotidien, nombre d’entre nous travaillent dans ce secteur (exploitants, ouvriers ou salariés). S’il convient de conduire avec force la transition écologique, cela doit se faire avec les premiers concernés.

Nous nous battrons pour que le pouvoir d’achat des agricultrices et des agriculteurs augmente alors qu’aujourd’hui bien souvent ils ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Nous engagerons ensemble une politique du « Bien manger pour tous » visant à réduire les inégalités alimentaires. Une politique du « Bien consommer » également, en favorisant les productions de proximité et le lien avec les commerçants spécialisés en produits locaux.

Le Conseil départemental engagera aussi des politiques publiques de transformation profonde pour limiter le réchauffement climatique, protéger la biodiversité et réduire notre consommation énergétique.

Cette transition sera écologique, mais elle sera aussi solidaire et culturelle. L’humanité entreprend un profond travail de modification de son mode de vie, de production et de consommation. Il est inenvisageable que cette transformation soit une source d’inégalités et d’injustices.

Outre la transition écologique, nous vivons une transition numérique, de notre économie comme de notre quotidien, sans précédent. L’égal accès aux outils numériques doit être une priorité, dans tous les territoires et à tous les âges de la vie.
La crise sanitaire a montré l’importance de disposer d’un socle de connaissances en matière numérique afin de ne pas être empêché.

Ainsi, nous construirons un accompagnement aux évolutions numériques par des temps de formation et de sensibilisation ciblées dans les services accueillant du public. Nos agents seront formés pour cela.

Les côtes d’Armor pour

TOUTES & TOUS 22 CÔTES D'ARMOR programme
La Bretagne, et singulièrement les Côtes-d’Armor, jouissent d’une renommée forte dans notre pays. De nouveaux habitants ont envie de rejoindre notre région pour sa qualité de vie, nous l’avons constaté durant les confinements liés à la pandémie, et cela va s’intensifier dans les 10 ans à venir.

Ainsi, bien que le développement économique soit une compétence régionale, notre majorité de gauche s’impliquera dans ces domaines si essentiels au développement et à la création d’emplois.

Nous mènerons une politique de promotion des atouts de notre département qui concernera tout le territoire des Côtes-d’Armor, du Centre Bretagne au littoral, de l’est à l’ouest en remettant en avant aussi la qualité
des espaces ruraux.

Malgré l’attraction certaine qu’exerce le département des Côtes-d’Armor, nous devons prendre soin de garder et d’attirer les jeunes sur le territoire, afin qu’ils le réinventent et le dynamisent.
La spécificité de la Bretagne est géographique et paysagère bien sûr, mais elle est aussi et avant tout culturelle. Le département, avec une majorité de gauche, fera de nouveau de l’accès à la culture pour tou.tes une priorité absolue. Nous favoriserons la création artistique et la diffusion culturelle en lien avec les artistes, les compagnies, les centres culturels et les citoyen.nes. Le département accompagnera les acteurs de l’éducation populaire dans l’exercice de leur travail de proximité.

Une vision et une stratégie pour

TOUTES & TOUS 22 CÔTES D'ARMOR programme

La politique telle que nous la concevons ne peut se résumer à une liste de promesses. C’est aussi une vision politique et une stratégie sur laquelle nous nous engageons.
Pour nous, il s’agit de construire une société de l’engagement qui permette à tout citoyen de pouvoir assumer des responsabilités au sein de notre société et de ses organisations. Notre volonté est d’associer partout et toujours les habitant.es, sur tous les sujets, afin qu’ils soient à l’initiative de projets, de solutions, forte de l’intelligence collective qu’ils sauront mobiliser ensemble.
Le Conseil départemental doit être la collectivité de la coopération, de la co-construction et de la mutualisation. Coopération avec les acteurs publics, co-construction avec les citoyen.nes, mutualisation avec le monde économique et social.

Au cœur de notre action, nous affirmerons les qualités, l’expertise et l’efficacité des services publics départementaux. Les services publics sont le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. Investir dans les services publics est d’une part essentielle pour nos concitoyens et l’équilibre de notre cohésion sociale, mais c’est aussi le meilleur moyen de préparer l’avenir de la jeunesse costarmoricaine. En tant qu’administration locale, le Conseil départementale dispose de nombreux services publics, animés par des fonctionnaires et agents territoriaux dévoués à leur mission. Au cours des derniers mois nous avons observé ces femmes et ces hommes qui font vivre notre département et ne sont pas reconnus. Nous les remettrons au cœur de la construction de nos politiques publiques, notamment par le dialogue social avec les syndicats. Nous mettrons un terme à une gestion budgétaire purement comptable. Nous relancerons l’investissement qui permet de préparer l’avenir et d’améliorer le présent.

Nous nous opposerons notamment au retour du Pacte de Cahors imposé par l’État qui contraint les finances des collectivités locales et restreint leur autonomie politique, au détriment de nos services publics et de nos politiques de solidarité.
Nous agirons au niveau national auprès des pouvoirs publics et du gouvernement pour attribuer au Conseil départemental les moyens financiers qui conviennent pour mener à bien l’ensemble des politiques de solidarité.
Le Conseil départemental utilisera enfin les pouvoirs d’innovation dont il dispose afin de faire de la démocratie une pratique permanente. Les décisions seront plus proches des citoyen.nes et construites avec les agents du département. La majorité de gauche aura recours à des budgets participatifs, des jurys citoyens, des conférences citoyennes, pour que les Costarmoricaines et les Costarmoricains soient acteurs des prises de décisions publiques. Les assemblées ont souvent décidé des solutions à apporter aux habitant.nes sans se préoccuper de leur avis. Nous voulons changer complètement la donne en allant à leur rencontre, dans tout le territoire, dans tous les cantons, pour connaître leurs aspirations, leurs envies et leur vision du monde. La démocratie sociale sera aussi consolidée. Très apprécié de nos concitoyens, le tissu associatif français est composé de près d’un million et demi d’associations, animées par des bénévoles qui agissent dans tous les domaines de la vie. Aussi, nous serons très attentifs et en recherche d’un dialogue permanent avec ces associations et leurs bénévoles. Dans l’exercice quotidien de son mandat, la majorité de gauche rendra compte de son action aux costarmoricain.es par l’intermédiaire de Côtes-d’Armor Magazine, de publications sur les réseaux sociaux, ainsi que par un bilan annuel des membres de la majorité dans leur canton respectif.